Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Un nouveau plan énergétique nécessaire 8e Colloque éolien : Pertes d’emplois envisagées ?

Publié le 11 juin 2014 à 14 h 49
Auteur :
Denis-Michel Thibeault

Les emplois dans l’industrie éolienne sont-ils garantis ? Il faudra attendre le dépôt de la nouvelle politique énergétique du gouvernement pour avoir l’heure juste. Hier, les maires de Matane, Gaspé et New Richmond se sont déjà manifestés, ils craignent que les contrats en éolien ne soient pas renouvelés. Un scénario qui mettrait en péril des centaines d’emplois en Gaspésie.

  

La filière éolienne représente 1200 emplois en Gaspésie. Hydro-Québec ne prévoit pas, à court terme, commander de nouveaux mégawatts aux entreprises éoliennes. Un contexte qui pourrait changer. Mais un non renouvellement des contrats ou encore un délai déraisonnable annonceraient des jours difficiles pour les manufacturiers et les entrepreneurs.

 

« Nous allons peut-être perdre cet avantage pertinent pour le Québec d’avoir une vision à long terme qui permettra aux entreprises de se faire de bons plans d’affaires et d’investir chez nous avec confiance», confirmait Frédéric Côté, directeur général du Technocentre Éolien.

 

Certains membres de l’industrie, comme Éva Lotta Schmidt d’Énercon Canada, ont une attitude plus tempérée sur un éventuel délai dans les commandes:« Le fait qu’ils prennent le temps de bien étudier nous fait dire que nous avons un bon cas et nous espérons nous retrouver dans cette politique énergétique. 

 

Si le gouvernement attend trop longtemps avant de signifier son intérêt pour l’industrie. Les travailleurs pourraient choisir un autre lieu de travail, comme le dit Martin Boulay, Vice-Président du Groupe Ohmega.

 

«Oui il y a des risques de perte d’emploi. »

 

Ici, les opinions sont partagées. Éva  Lotta Schmidt invite l’industrie à faire preuve de patience avant d’évoquer des scénarios catastrophes :

 

« Énercon n’a jamais fermé une usine dans le monde et nous ne voulons pas commencer avec le Québec. Présentement nous avons une bonne écoute. Le gouvernement est en réflexion donc c’est bon signe.»

 

Une patience qui a ses limites pour certains élus. Mardi, les maires de Matane, Gaspé et New Richmond se sont unis pour interpeller le gouvernement à développer la filière éolienne jusqu’en 2025.

Selon des chiffres du Technocentre éolien, les entreprises manufacturières auraient besoin de 300 mégawatt annuellement pour assurer la pérennité de leurs opérations. C'est ce que soutient Monsieur Côté: « L’année dernière nous avons fait un sondage avec le ministère de l’Économie auprès des principaux manufacturiers de la filière pour identifier la taille minimale d’un marché Québécois qui serait disons minimalement requis pour soutenir une base manufacturière au Québec, mais aussi des exportations.»

Le dévoilement de ce fameux plan pourrait arriver aussi tard qu’à la fin de 2015. Si tel devait être le cas, il y aurait fort probablement une période creuse, comme celle vécue cet hiver,  en raison d’une baisse des carnets de commandes.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok