Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

1 jeune, 1 vote Un dernier effort pour amener la jeunesse aux urnes

Publié le 1 avril 2014 à 15 h 39
Auteur :
Jessica Lamarre
On vous a présenté, dans les dernières semaines, des reportages sur l’intérêt des jeunes pour la campagne électorale. À une semaine du scrutin, la Commission jeunesse de la région lance une dernière offensive pour amener les jeunes électeurs dans les bureaux de vote.

 

C’était le deuxième jour d’ouverture du bureau de vote du Cégep de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, campus de Carleton-sur-Mer, ce mardi. Avant l’heure du dîner, moins de 30 jeunes y avaient exercé leur droit de vote. «Ça se déroule assez bien. C’est seulement que, comme c’est la première fois qu’on fait un scrutin dans un établissement scolaire, on ne peut pas dire si le taux est bon ou pas. On est quand même rendu à 28 votants!», lance la secrétaire de scrutin, Grace Leblanc. 

 

Pour pousser les jeunes à profiter de cette nouvelle initiative, la Commission jeunesse de la région était sur le campus, mardi midi. Plusieurs étudiants ont alors été marqués d’un X, un geste symbolisant leur engagement à aller voter, si ce n’est pas déjà fait. «On leur fait un tatouage sur la main ou à l’endroit où ils veulent et on les incite à en parler dans leur entourage, aux autres jeunes, un effet viral, explique Catherine Miousse, de la Commission jeunesse Gaspésie-Les-Îles.

 

La simple présence de la Commission jeunesse au campus de Carleton-sur-Mer a grandement influencé l’achalandage au bureau de vote, comme l'explique une membre, Amélie Dallaire: «Je demande aux jeunes s'ils savaient qu’il y a un bureau de vote installé au cégep pour faciliter le vote, autant de la région que d’autres circonscriptions, ils ne sont pas au courant! Donc la plupart se dirigent directement vers le bureau de vote. J’ai l’impression que ça aura un impact direct l’activité de ce midi.»

 

Étudiant au campus de Carleton-sur-Mer, le président régional jeune du Parti Québécois, André-Félix Barriault, fait le même constat. Selon lui, c’est une question de promotion: «Je pense que ça va commencer à embarquer. Ce matin, on a fait du tractage, ma vice-présidente et moi. Les jeunes semblent intéressés et sont contents de voir qu’ils peuvent voter sur le campus.»

 

En 2008, 40% des électeurs âgés entre 18 et 35 ans s’étaient rendus aux urnes.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok