Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Intervention en forêt Incursion dans le monde des agents de la faune

Publié le 4 novembre 2014 à 15 h 19
Auteur :
Jessica Lamarre

Une équipe de CHAU s’est rendue en forêt la semaine dernière avec des agents de la faune qui faisaient une intervention de nuit, tout juste avant la chasse au chevreuil.

 

À deux jours de l’ouverture de la chasse au cerf de Virginie, les agents de la faune de New Richmond se préparaient à partir en opération, mercredi dernier en fin d’après-midi. Avant de quitter le bureau, les équipes reçoivent d’abord les indications : où seront-elles positionnées et ce à quoi elles doivent porter attention.


2-k19np.jpg

 

L’opération a mobilisé 5 agents et visait la chasse de nuit, les braconniers qui se servent de projecteurs pour identifier leurs proies. «Les cerfs sont beaucoup moins craintifs la nuit, c’est une possibilité de plus pour les braconniers, une facilité de plus», explique le lieutenant Sylvain Arbour.

 

Les jours qui précèdent l’ouverture de la chasse sont très propices au braconnage. On remarque un type de braconnier particulier lors de cette période : plus aventureux, il cherche le trophée de chasse idéal.

 

4-m7xv3.jpg


Annuellement, les agents font une trentaine d’opérations comme celle-ci. «Ce n’est pas nécessairement un travail qui est connu du public. Mais ce sont des interventions qui sont importantes pour contrer ce braconnage-là, qui à certains endroits peut être assez sérieux», souligne M. Arbour.

 

Après la réunion, les agents embarquent leur équipement à bord des véhicules et se dirigent vers leur poste de surveillance. Au coucher du soleil, les voitures sont dissimulées dans la forêt, prêtes à décoller.


3-fhnkj.jpg

 

Après une heure d’attente, un agent croit apercevoir des lumières au loin. Difficile d’identifier sa provenance. Le brouillard complique les opérations.

 

Vers 20 :30, un autre événement survient. «Dans le secteur où on était, effectivement, il y a eu un coup de carabine qui a été entendu. On a vu des véhicules suspects circuler également, mais rien de suffisamment concluant pour monter une preuve», raconte le lieutenant de l’équipe.


1-x07bh.jpg

 

Pour intervenir, les agents doivent accumuler suffisamment d’indices sur les gestes posés et sur l’emplacement du suspect. Des détails qui manquaient mercredi dernier, c’est pourquoi aucune intervention n’a été menée. Mais si ça avait été le cas, comment ça se serait déroulé ? «Ce n’est pas toujours dans des conditions faciles. Il faut procéder à l’identification de la personne, à la recherche de preuves dans le véhicule. Il y a énormément de détails à porter attention.»

 

Quiconque tente de déceler le gibier à l’aide d’un projecteur est éligible à une amende de 500$. Les accusations de présomption de chasse de nuit et de chasse de nuit peuvent mener à des contraventions de 1 850$ ainsi qu’à des saisies.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok