Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

White Lips 2016 White Lips: quand 100 filles se donnent rendez-vous au sommet des Chic-Chocs

Publié le 26 janvier 2016 à 10 h 26
Auteur :
Léa Beauchesne

Murdochville s’est transformée en tout inclus pour amatrices de glisse en fin de semaine. Une centaine de filles ont visité la petite ville pour s’initier au ski et à la planche à neige hors-piste dans les Chic-Chocs. Une expérience unique qu'elles ne sont pas prêtes d'oublier. 


white_lips-gdm58.jpg


Si la première édition avait quelque chose d’informel, c’est loin d’être le cas de la troisième mouture. Le nombre de participantes a quadruplé, les partenaires majeurs se sont multipliés.

Le succès dépasse largement les attentes de son créateur Nikolas Falardeau. L’idée du White Lips lui est venue alors qu’il se demandait comment initier plus facilement les filles à ce sport encore largement dominé par la gente masculine :

«Depuis le départ, on avait des gars qui venaient avec leur copine et puis on essayait d’initier les gens, beaucoup d’amies. Puis souvent sans succès. On s’est rendu compte qu’en ayant des filles qui montrent aux filles, ça crée une autre ambiance et ça leur permet d’apprendre plus facilement.»



Une fin de semaine sur mesure

Les participantes étaient attendues à Murdochville le jeudi soir pour y rencontrer leur petit groupe, leur ambassadrice et leur guide de l'Auberge Chic-Chac. Dès le premier souper, la chimie entre les filles était bien tangible, qu'elles aient 18 ou 65 ans. Comme quoi l'appel de la montagne n'a pas d'âge.

Après l’euphorie de l’arrivée, elles ont bien vite gagné leur dortoir respectif histoire d'être en forme pour la suite. Dès le lendemain matin, l’heure était à l’apprentissage.

Comme la plupart des participantes, Marie-Hélène Beaudry n’avaient jamais chaussé sa planche à neige en dehors d’une station de ski. À voir son sourire, l’expérience semble avoir été concluante :

«On avait une initiation au matériel, à l’équipement, à la sécurité, tout ça en montage. Et puis on est parti tout de suite expérimenter notre première ascension en peaux. En peaux de phoque en fait. C’est ce qui nous permet de monter avec l’équipement de ski ou de snowboard split

Des peaux de phoque synthétiques sont installées sous les skis ou la planche et permettent d’adhérer à la neige, même face à un dénivelé important. Une fois à destination, on retire les peaux, on ajuste les fixations…et on commence la descente dans la poudreuse fraiche.



À chacune son rythme

Chaque fille se retrouve dans un groupe adapté à son niveau et le rythme de chacune est en tout temps respecté, ce qui crée un contexte d’apprentissage optimal selon l’ambassadrice Isara Bureau-Lafontaine :

«Ce qu’il n’y avait vraiment pas en fin de semaine, c’est le petit côté compétition. Tout le monde était là dans un esprit d’apprentissage. Quand on commence c’est parfois intimidant. On a peur de ralentir le groupe. D’être avec des filles qui ont plus le même rythme, je pense que ce sont les conditions idéales pour apprendre justement et aimer ça dès le début.»

Ayant elle-même participé à la deuxième édition, elle sait de quoi elle parle :

«Je faisais du hors-piste depuis quelques années, mais je suivais toujours mon copain et ses amis. Je me suis dit que de le faire avec une gang de filles serait vraiment trippant…et ça l’est!»


Efforts récompensés

Après une première journée à se fier 100 % sur leurs muscles, les filles ont eu droit à un peu de répit. Toute les participantes ont vécu une remontée en hélicoptère. Le moment restera longtemps gravé dans la mémoire de Marie-Hélène Beaudry :

«Toutes les filles au complet on a fait une ride d’hélicoptère pour monter jusqu’au sommet. On avait des montagnes à perte de vue…Tu regardes autour puis il y a des kilomètres et des kilomètres à parcourir pour découvrir le terrain de jeu ici. Ça semble infini. Malgré qu’il fait froid, malgré qu’il vente…malgré le fait que plusieurs maisons semblent inhabitées à Murdochville, il y a comme une espèce d’énergie un peu mystérieuse. J’ai vraiment aimé ça, j’ai envie de déménager ici!»

Le succès de la troisième édition promet une chose : le White Lips sera de retour en 2017.


« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CHAU Nouvelles

Voir tous les tweets »