Publicité

NRSProduits Kevin BaconBijouterie NRS


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

New Carlisle MISE À JOUR: Le président de Gastem témoigne au procès contre Ristigouche

Publié le 11 septembre 2017 à 09 h 22
Auteur :
Karyne Boudreau
Deuxième semaine du procès opposant Gastem à la municipalité de Ristigouche. La gazière poursuit la municipalité qui selon l'entreprise a agi de mauvaise foi alors qu'elle a adopté un règlement pour protéger ses sources d'eau 

Le témoignage du fondateur et chef de direction de Gastem a durée toute la journée.

L'ex-ministre libéral des mines sous la gouverne de Robert Bourassa durant les années 1980, Raymond Savoie est venu dire comment et pourquoi il a choisi Ristigouche pour s'y installer afin de faire de la prospection pétrolière.

En témoignage principal, guide par les questions de son avocat, M. Savoie a établi ce matin que tout était en place jusqu'au printemps 2013, pour en arriver au forage exploratoire qui était prévu en mai de cette même année selon lui, si la municipalité n'avait pas, en mars, adopté son règlement sur la protection de ses eaux.

Le chef de Gastem a aussi insisté sur le fait que selon lui, la mairesse et l'ensemble des élus avaient subi une pression "d'une poignée d'environnementalistes", pour en venir à l'adoption un règlement, sans pouvoir pour autant préciser en contre-interrogatoire, concrètement, de qui était venu ces pressions.

En après-midi, l'avocat de la municipalité a fait ressortir notamment que Gastem n'avait plus d'investisseurs en 2011 ainsi qu'en 2012 et que la compagnie a cessé toute activité des 2014.

Savoie dira à la Cour à ce sujet :"Gastem est en hibernation pour le moment. On compte la raviver... On prépare notre retour".

Selon l'aveu de M.Savoie en contre interrogatoire, il semble aussi que le climat du Québec n'était plus favorable à l'exploration pétrolière dès 2012.

Il dira à ce sujet: "Plusieurs compagnies ont quitté le Québec au cours de 2012 et 2013" et 

Savoie dira encore: "Le Québec est le pire endroit en Amérique du Nord" pour faire de l'exploration pétrolière et ce depuis le début de 2013.

Ce que l'avocat de Ristigouche à tenténde prouver à la Cour, c'est que Gastem était déjà en mauvaise posture avant l'adoption du règlement et que, n'eut été de cela, la compagnie aurait pu rester et forer puisque la municipalité n'a fait qu'adopter un règlement sans menacer d'aucune façon Gastem d'expulsion de son territoire.

Le chef de direction de Gastem a malgré tout maintenu en contre interrogatoire que l'adoption du règlement suffisait au contraire a l'obliger à partir, alléguant qu'aucun investisseur n'aurait soutenu un projet contesté par la population locale.

"Je n'ai jamais vu ça rester dans un endroit où tu n'est pas le bienvenu. Les conditions de forage sont particulièrement difficiles. Elles demandent beaucoup de déplacements, de va et viens, il faut un appui. Il ne faut pas que le milieu soit défavorable au projet. Il arrive toute sorte de problèmes.", a affirmé M. Savoie devant la caméra.

Les témoins de Gastem ont tous été entendus. Dans les prochains jours,  ce sont les témoins appelés en défense pour la municipalité qui seront appelé à la barre.


http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-09-11___09.49.58-nb76k.png

Suivez notre journaliste en direct du palais de justice de New Carlisle:

« Retour

Question de la semaine

Croyez-vous que Transports Canada doit revoir la limite de vitesse imposée le 11 août aux navires dans le but de limiter les collisions avec les baleines noires?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CHAU Nouvelles

Voir tous les tweets »