Publicité

Produits Kevin Bacon


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Nouveau-Brunswick Les animaux de compagnie seront mieux protégés

Publié le 15 février 2017 à 14 h 34
Auteur :
Annie Levasseur

Les animaux de compagnie du Nouveau-Brunswick seront mieux protégés. Un projet de loi a été déposé, hier, par le gouvernement provincial. Les propriétaires qui abandonnent ou qui négligent leurs animaux seront punis par la loi.

« J’en ai vu plusieurs depuis le verglas et cette loi-là ça fait longtemps qu’elle aurait dû être en place. Nous sommes très contents », affirme la directrice du refuge de la SPCA Péninsule acadienne, Linda Lanteigne.

Les employés du refuge de la SPCA Péninsule acadienne voient des cas d’abandon et de négligence d’animaux tous les jours. Lors de notre passage mercredi, une femme a téléphoné pour dire qu’elle avait trouvé un chat aux pattes ensanglantées dû au froid.  

« On en reçoit par appel, on en reçoit ici, on en voit partout dehors. Quand les animaux entrent, il y en a qui sont blessés, qui sont en piteux état », indique une employée, Marie Levesque.

http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/loi_animaux__15f_vrier2017_-ks3fd.jpg

Le projet de loi, présenté cette semaine, exposera les propriétaires qui abandonnent leur animal à une amende pouvant aller jusqu’à 5200 $. Ceux qui ne feront pas euthanasier leurs animaux souffrants seront aussi punis.

« Il y a des animaux qui vont moins souffrir. Il y a des gens qui vont mieux penser à ce qu’ils font. Avant de prendre un animal, ils vont penser au coût que ça représente. S’ils l’abandonnent, au moins ils vont payer pour », ajoute Marie Levesque.

« Il va peut-être y avoir moins de maltraitance et moins d’abandons (…) Ça aurait dû passer il y a longtemps », mentionne Claire Noël du conseil d’administration de la SPCA Péninsule acadienne.

http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/loi_animaux__15f_vrier2017_-3-4gkdh.jpg

Les sanctions seront également augmentées pour les combats d’animaux et l’utilisation inappropriée des laisses. Des mesures bien reçues de la part des amoureux des petites bêtes.

« Si on peut sauver nos animaux et les empêcher de souffrir, c’est tout ce que l’on demande. Un animal, ça ressent la douleur », explique Claire Noël.

« Il y a des lois pour plusieurs autres affaires, mais il faut protéger nos animaux. Parfois les gens ne réalisent pas ce qui est considéré comme étant de l’abus », raconte une bénévole au refuge, Nancy Stewart.

Malgré l’impact positif de la nouvelle, la meilleure façon de protéger les animaux reste la stérilisation, selon la SPCA Péninsule acadienne.

« Retour

Question de la semaine

Craignez-vous que le procès de Réal Savoie tombe en raison de dépassements des délais?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CHAU Nouvelles

Voir tous les tweets »