Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Carleton-sur-Mer Contention à l’hôpital de Maria : façons de faire à revoir

Publié le 30 mars 2017 à 16 h 01
Auteur :
Karyne Boudreau

On vous présentait hier le témoignage d’une mère, dont le fils a été attaché à son lit durant 6 semaines au Centre hospitalier de Maria. Il s’agit d’un cas extrême. Mais ce n’est pas la première fois que l’établissement est sur la sellette pour ses méthodes de contrôles et d’isolement. Le département psychiatrique de Maria est d’ailleurs en nomination pour le prix citron 2017 des organismes de défense de droit en santé mentale.

« Je trouve ça aberrant qu’en 2017 ça se reproduise encore à cet hôpital là des choses de même. Ils ne se dompteront jamais. Faut toujours se battre et se battre ».

http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-03-30___15.59.33-8gdzn.png

 

Depuis une trentaine d’année, celle qui prend ici le nom fictif d’Amanda a séjourné à de nombreuses reprises au département de psychiatrie de l’hôpital de Maria. La contention, elle connaît. Et des plaintes, elle en a souvent fait.

 

« À toutes les fois que j’ai été mise en contention chimique ou physique, j ‘étais pas dangereuse pour les autres, pis j’étais pas dangereuse pour moi.  C’est vraiment que le protocole, ils ne le suivent pas bien et disons qu’il y en a qui en abusent », dit encore Amenda.

 

« Pour nous, ce n’est pas une pratique qui est acceptable et on veut que ça change », clame pour sa par Anick Lepage qui se porte à la défense des droits de personnes qui souffrent de problèmes de santé mentale depuis 23 ans. Elle questionne depuis plusieurs années les façons de faire à Maria.

 

« J’ai beau faire de l’intervention, de la prévention et de la sensibilisation populaire, ça change pas beaucoup », déplore-t-elle.


http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-03-30___16.01.23-58tsr.png

 

Le département psychiatrique de Maria est en nomination au prix citron 2017 du regroupement national des organismes qui œuvrent à la défense de droit en santé mentale. 

http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-03-30___16.01.52-7vfwm.png

Cette nomination est loin d’enchanter le CISSS de la Gaspésie. Ce dernier est tout de même à revoir son protocole en matière de contention, selon la directrice des soins infirmiers de l’établissement.

« Il y a un document harmonisé qui a été travaillé et qui, présentement, est en consultation, dont avec l’organisme Droit et Recours Santé mentale », explique Johanne Méthot.

« Moi quand j’entre à l’hôpital de Maria, j’appelle Droits et Recours pour leur dire que je suis entrée, dit Amanda. Tout ce que je souhaite, c’est de ne pas avoir à retourner à l’hôpital de Maria », conclut-elle.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok