Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Grande-Anse Une ressource pour les familles adoptantes

Publié le 23 novembre 2015 à 13 h 28
Auteur :
Annie Levasseur

Le Réseau de soutien à l’adoption du Nouveau-Brunswick a maintenant une employée dans le nord-est de la province. L’organisme souhaite ainsi aider les familles qui ont adopté ou qui ont l’intention de le faire. La nouvelle coordonnatrice est bien placée pour comprendre ces familles puisqu’elle a elle-même adopté deux enfants.

Depuis un mois, Thérèse Haché s’occupe de familles qui ont ou qui vont adopter dans le nord-est du Nouveau-Brunswick.

«Quand des personnes veulent adopter un nourrisson de 0 à 2 ans, la période d’attente est longue. On peut parler de huit ans d’attente. Parfois, c’est décourageant pour les familles. En se soutenant les uns et les autres, on peut arriver à encourager la personne », explique la coordonnatrice régionale du Réseau de soutien à l’adoption du Nouveau-Brunswick, Thérèse Haché.

500 enfants sont en attente d’être adoptés au Nouveau-Brunswick. 70 d’entre eux sont dans la Péninsule acadienne. Le Réseau provincial de soutien à l’adoption aide les familles qui ont ou qui veulent adopter en faisant le lien avec le ministère du Développement social.

« Je vais travailler avec des groupes et des individus. Au besoin, je vais visiter des familles dans leur foyer. Ils sont invités à communiquer avec moi s’ils ont des questions ou des inquiétudes », ajoute madame Haché.

Le nombre d’enfants à adopter est moins important qu’avant. Il y a moins de naissances, plus d’avortements et les ressources sont plus nombreuses pour les familles dans le besoin. Il y en a toutefois encore trop selon madame Haché.

« C’est un beau défi à relever d’accompagner un enfant qui peut peut-être avoir des problèmes de développement ou d’attachement dépendamment de ce qu’il a pu vivre avec les parents biologiques. Avec de l’amour, je me dis que tout est possible », affirme la coordonnatrice.

Thérèse Haché peut facilement comprendre les familles qui vivent une adoption. Il y a 40 ans, elle et son mari adoptaient une petite fille de deux mois. Quatre ans plus tard, ils accueillaient un petit garçon de quelques jours. Madame Haché et son mari ont aujourd’hui quatre petits-enfants.

« Je serai toujours reconnaissante envers les mères biologiques de nous avoir permis d’adopter ces enfants-là et de pouvoir fonder un foyer. C’était notre rêve de fonder une famille », dit-elle.

Une rencontre est prévue le 30 novembre à la bibliothèque de Caraquet. Les parents adoptifs ou ceux intéressés par l’adoption sont invités à aller discuter de leurs besoins.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok