Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Caraquet Service de covoiturage dans la Péninsule acadienne

Publié le 15 février 2016 à 13 h 59
Auteur :
Annie Levasseur

Les citoyens de la Péninsule acadienne ont maintenant accès à un nouveau service de covoiturage. Huit mois après la mise en place du transport à domicile, Déplacement Péninsule élargit son offre. Le covoiturage vise surtout les professionnels et les étudiants qui doivent voyager régulièrement.

Le service de covoiturage est complémentaire au service de transport à domicile qu’offrait déjà Déplacement Péninsule. Il vise principalement les citoyens qui doivent se déplacer régulièrement contrairement au raccompagnement à domicile qui est surtout utilisé pour les services essentiels comme les rendez-vous médicaux ou l’épicerie.

« C’est surtout pour la clientèle qui est aux études ou qui travaille et qui a besoin de partager les coûts. Ça peut aussi se faire pour différentes occasions, comme une personne qui va à Moncton pour une fin de semaine et qui aimerait embarquer d’autres personnes avec elle », mentionne la coordonnatrice de Déplacement Péninsule, Mélissa Basque.

photo_covoiturage2-hpkb3.jpg

Le conducteur et le passager doivent s’entendre pour les frais. Déplacement Péninsule s’occupe de jumeler les utilisateurs. Tout est fait à partir du site Internet de l’organisme.

« Les gens s’inscrire sur Internet. Ils doivent d’abord devenir membres pour utiliser le service. Ils doivent payer 10 $ par année (…) Quand ils ont validé l’information, si elle est complète, ils peuvent afficher des trajets », ajoute Mélissa Basque.

« Ce sont surtout les gens qui font le jumelage par eux-mêmes sur le site (…) Ceux qui n’ont pas Internet peuvent me téléphoner. Je les inscris et je leur indique les déplacements qui peuvent se faire », indique la réceptionniste et responsable de la répartition à Déplacement Péninsule, Marie-Ève Chiasson.

photo_covoiturage-sn8xy.png

Étant donné l’absence de transport en commun dans la région, Déplacement Péninsule a du travail à faire pour changer les mentalités. La plupart des gens ont leur voiture pour se déplacer.

« On n’a pas de transport collectif. Ça va venir. Il y a des gens qui le font pour l’environnement, ils sont conscientisés et veulent préserver l’environnement. D’autres le font pour diminuer les coûts ou pour le côté social, pour rencontrer des personnes », affirme Mélissa Basque.

Depuis ses débuts il y a huit mois, le transport à domicile fonctionne bien. Environ 160 membres sont inscrits et près de 600 raccompagnements ont été effectués.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok