Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Escuminac Savonnerie du village : L’aboutissement d’un rêve

Publié le 12 juin 2014 à 15 h 47
Auteur :
Jessica Lamarre
La savonnerie du village à Escuminac a reçu la certification d’Économusée. Les propriétaires sont on ne peut plus fiers, surtout que le savon n’a jamais vraiment été dans leur plan en arrivant en Gaspésie. Dès vendredi,  les visiteurs pourront constater le résultat de 4 années de  travail pour obtenir cette reconnaissance plutôt rare.

 

«C’est prestigieux. Pour moi c’est prestigieux. Pour moi c’est de me dire hey! Good job!», lance la co-propriétaire de la savonnerie, Danielle Vallée. Au Québec, 33 établissements, dont 2 en Gaspésie, ont le titre d’Économusée, une certification qui met en valeur les artisans et leurs métiers.

2-gchtv.jpg1-1ng8p.jpg

Et n’entre pas qui veut dans le réseau. Les établissements doivent répondre à des critères précis, explique Danielle Vallée: «Le métier en tant que tel. La façon de faire, le savoir-faire, qualité du savoir-faire, de notre approche avec les gens. La qualité du produit!»

 

Le regroupement est international. Il pourrait donner de la visibilité à la savonnerie jusqu’en Europe.


Le résultat d'un travail acharné


Après avoir essuyé un premier refus en 2010, la co-propriétaire de la Savonnerie du village a retenté sa chance 2 ans plus tard auprès du réseau des Économusée. La Savonnerie a passé le test, cette fois. «C’est comme si je te disais que je te rajoutais un outil supplémentaire dans ton coffre à outils qui va t’aider à faire ce que tu aimes le plus dans la vie!», témoigne-t-elle.


3-dhtr0.jpg

 

Danielle Vallée s’est installée à Escuminac avec sa famille en 2002, sans réelle ambition pour la confection de savon. Mais après 10 ans d’expertise, elle parle d’une véritable passion maintenant: «On a acheté la ferme, mais la condition c’était qu’on achète le troupeau de chèvres. Moi j’ai été élevée dans le béton, je ne connaissais rien aux chèvres. Je me suis dit bon, je vais les acheter et je verrai ce que je fais après.»


5-f8kp7.jpg4-r3270.jpg

 

La suite des choses est venue naturellement. Au fil des années, l'artisane a peaufiné ses recettes et ses techniques: «On est partis avec zéro sous dans les coffres. Avec Serge, mon ingénieur préféré, mon mari, on a créé des outils avec des bouts de bois.»

 

Madame Vallée dit qu’à l’époque, elle n’avait jamais visité de savonnerie, ce qui lui a permis d’avoir une couleur qui lui est propre. Et maintenant que ses preuves sont faites, l’aventure arrive à une nouvelle étape avec ce titre d’Économusée.

 

«Notre petite savonnerie deviendra grande. Il suffit seulement d’y croire, de croire en nos rêves», conclut l'entrepreneure. 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok