Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Grande-Anse Retour en classe au Nouveau-Brunswick

Publié le 8 septembre 2015 à 13 h 58
Auteur :
Annie Levasseur

C’était journée de rentrée scolaire pour près de 10 000 jeunes d’une quarantaine d’écoles francophones du Nouveau-Brunswick. Il s’agit d’une légère diminution de 38 élèves par rapport à la dernière année. Les élèves et les enseignants étaient heureux de se retrouver après un peu plus de deux mois de congé.


C’est bien beau les vacances, mais les jeunes avaient hâte de retourner en classe. À l’école Léandre-Legresley de Grande-Anse, l’excitation était dans l’air, mardi matin.

« J’avais vraiment hâte de retrouver mes amies et j’avais hâte de revoir les madames », affirme une élève de 3e année, Marylou Godin.

« Il y a certains cours que j’adore et j’avais hâte de les refaire. J’ai aussi hâte d’apprendre l’anglais », ajoute son collègue de classe, Christian-Guy David.

photo_entrer_scolaire2-xmk8y.jpg

Sinaid et Noémie entament leur dernière année scolaire à l’école Léandre-Legresley. Elles devront ensuite se rendre à Caraquet ou à Bathurst tous les jours. Elles comptent profiter de leurs derniers moments à Grande-Anse.

« Je vais m’ennuyer de l’école, mais c’est sûr que je vais profiter de ma dernière année. On a un beau voyage de fin d’année. On fait toujours plein d’activités. C’est vraiment amusant », mentionne Sinead Riordon.

« Je vais en profiter beaucoup parce que c’est ma dernière année ici. Je vais m’ennuyer de madame Nicole et de mes enseignants », dit Noémie Bastille.

Le personnel de l’école était aussi souriant, mardi.

« Nous étions prêts, nous attendions les élèves. Ça fait bizarre de travailler et de ne pas avoir d’élèves dans une école. Nous étions bien heureux de les accueillir ce matin », raconte la directrice de l’école Léandre-Legresley, Nicole Landry.

photo_entrer_scolaire3-3qny5.jpg

Les compressions budgétaires se font toutefois ressentir en ce début d’année scolaire selon la directrice qui doit retourner enseigner tous les matins.

« Nous étions habitués d’avoir la direction à temps plein, mais cette année, je vais faire un retour à l’enseignement pour une petite partie de mon temps (…) Je vais être presque une journée complète en salle de classe. C’est du service de moins aux parents », explique madame Landry.

photo_entrer_scolaire1-fjgyw.jpg

Cinq écoles du Nord-Est du Nouveau-Brunswick feront l’objet d’une étude au cours de la prochaine année afin de déterminer si elles sont viables.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok