Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Rapport final de l'étude hydraulique Plusieurs infrastructures ont favorisé les inondations à New Richmond

Publié le 9 janvier 2013 à 17 h 30
Auteur :
Isabelle Larose

Il n’y a pas que le ministère des Transports qui était responsable des inondations successives de la route 132 survenues à New Richmond en 2010 et 2011. Un rapport d’étude hydraulique mené par le ministère et remis à la Société du chemin de fer de la Gaspésie et la Ville de New Richmond démontre que chacun est, au moins en partie, responsable.

 

En décembre 2010 et mai 2011, la route 132 à New Richmond s’est transformée à 2 reprises en une véritable piscine. À la suite de ces événements, le ministère des Transports a mené une étude hydraulique afin de connaître les causes de ces inondations et les solutions à apporter. La Société du chemin de fer de la Gaspésie s’est vu remettre le rapport final de l’étude puisque ces installations sont en cause.

 

« Pour l’instant, ce qu’on comprend, c’est que nos infrastructures, donc nos ponceaux et nos ponts, ne sont pas d’une dimension suffisante pour laisser les débits d’eau surtout dans les cas de grosses pluies ou de fonte de neiges », explique le directeur général de la  Société de chemin de fer de la Gaspésie, Olivier Demers. 

 

Trois ponceaux ferroviaires posent problème. La voie ferrée n’est toutefois pas le seul obstacle rencontré par la Cascapédia.

 

 « Le réseau ferroviaire n’est pas la seule infrastructure qui agit comme un barrage sur l’écoulement de la Cascapédia, il y a également la route 132, la piste cyclable, la piste multifonctionnelle de la Ville », soutient M. Demers.

 

Le ministère des Transports a entrepris en octobre dernier des travaux sur la route 132, de par et d’autre du chemin St-Edgar. Trois ponceaux seront remplacés par deux portiques en béton et par un ponceau de plus grande dimension.

 

Le propriétaire de Rhéal Pitre Sports se réjouit des actions entreprises par le ministère. Les inondations de décembre 2010 lui ont causé des dégâts évalués à plus d’un demi-million de dollars.

 

« Le fait qu’on mette des ponts, on crée des ouvertures, des brèches plus grandes que ce qu’il y avait à l’origine, explique Alain Pitre. Je suis convaincu que ça va apporter des améliorations en ce qui concerne la circulation de l’eau. »

 

À la Société du chemin de fer, il est encore trop tôt pour savoir on entreprendra des travaux.

 

« Nous, à l’interne, on a des ingénieurs qui vont pouvoir se pencher sur la question et voir ce qui est possible de faire, dans quelle condition, à quels coûts », affirme le directeur général, Olivier Demers.

 

La Ville de New Richmond devra également mettre l’épaule à la roue, car plusieurs secteurs au sud de la route 132 ont été identifiés comme problématiques par l’étude.

 

« On est en mode solution présentement, explique la mairesse Nicole Appleby. Par la suite, on aura un plan d’action pour voir quels travaux doivent être amorcés pour corriger la situation ».

 

Un plan de travail sera élaboré au cours des prochains mois par l’ensemble des acteurs concernés par les recommandations du rapport final de l’étude hydraulique.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok