Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Mont-Joli MISE À JOUR Rencontre avec la direction de VIA Rail, le transporteur maintient sa décision

Publié le 5 septembre 2013 à 10 h 40
Auteur :
Jean Lepage
VIA Rail maintient sa décision de fermer pas moins de 8 gares et de couper des services dans plusieurs autres stations du Bas-St-Laurent et de la Gaspésie.


C'est ce qui découle de la rencontre tenue, jeudi, à Mont-Joli entre la direction de la société d'État et les élus des régions touchées. On peut dire que le transporteur est demeuré sur sa position.


La rencontre tenue jeudi à l’Hôtel de ville de Mont-Joli nous a permis d’apprendre ce que tout le monde savait déjà. Les fermetures de gares annoncées dans l’Est-du-Québec ne sont en réalité qu’une simple réalité d’affaires et de rentabilité. 

 

Marc Beaulieu est le directeur régional, Via Rail Canada : « C’est l’achalandage, la proximité avec les autres gares, la quantité de ventes par gares, et l’achalandage dans la région en général. C’est ça qui a poussé notre décision d’affaires. »

 

Mais plusieurs intervenants sont venus dire que VIA joue à l’autruche à l’intérieur d’un cercle vicieux. On coupe les services, on diminue les fréquences de départs et d’arrivées, et proportionnellement, les passagers délaissent le train.


« C’est toujours la dynamique de l’oeuf ou la poule, n’est-ce pas ? Plus on réduit les services, moins il y a de monde qui prenne le train. Après, nécessairement, VIA Rail dit qu’il y a moins de monde, alors, le transporteur ferme le service », déplore Jean-François Fortin, le député du BQ pour la Haute-Gaspésie, La Mitis, Matane, Matapédia.


Un rappel des fermetures et des abandons de services, le 25 octobre : fermeture à Mont-Joli, Trois-Pistoles, Rivière-du-Loup et La Pocatière. Les gares de New Richmond et Chandler seront ouvertes seulement aux heures de trafic. Rimouski ne fermera pas mais se retrouvera sans chef de gare. Ailleurs en Gaspésie, Barachois, Grande-Rivière, Bonaventure et Port-Daniel seront transformés en abri. Et dans la baisse d’achalandage à Rimouski, 25 000 passagers en 1990, plus ou moins 4 000 l’an dernier.

 

« Le train va encore s’arrêter à Rimouski, mais effectivement la perte du personnel, l’agent de gare, va signifier une diminution des services », mentionne Guy Caron, député du NPD de Rimouski-Neigette – Témiscouata - Les Basques.

Une déception en fin de mandat et de carrière pour le maire de Mont-Joli, Jean Bélanger: « On est attaché à notre gare puis elle est belle. On va essayé de trouver un moyen de la conserver, mais je ne sais pas encore de quelle façon. »

Le directeur régional est demeuré intraitable quant à la fermeture déjà annoncée du 25 octobre, les dates demeurent et ne seront pas reportées.


Par ailleurs, 2 députés du NPD ont obtenu une réponse positive pour une rencontre avec le PDG de VIA, Marc Laliberté. L’arrêt du service d’autobus après le 17 septembre entre Matapédia et Gaspé sera abordé, tout comme les services dans les gares. La date de cette rencontre n'est pas établie, mais le NPD souhaite bien la tenir avant le 17 septembre.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok