Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Caplan Les producteurs de fromages artisanaux inquiets

Publié le 13 juin 2017 à 16 h 04
Auteur :
Karyne Boudreau

L'arrivée de tonnes de fromages européens sur le marché Québécois n'a rien de réjouissant pour les petits producteurs gaspésiens comme ceux de la Ferme Natibo de Caplan. 

L’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange Canada-Union européenne préoccupe plusieurs acteurs du milieu agro-alimentaire gaspésien.   L’arrivée imminente de près de 18 mille tonnes  de fromages européens est loin de réjouir les producteurs artisanaux, qui ne croient pas que les compensations monétaires du fédéral changeront la donne.

« Dans la région, je te comparerais ça à avoir un Walmart à Bonaventure. Nous en tant que petit producteur, en tant qu'artisan, non, ce n'est pas une bonne nouvelle. Il n'y a rien, pas du tout de place pour des artisans comme nous dans cet accord là. C'est vraiment quelque chose pour les grosses entreprises », déplore Natalie St-Onge.

http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-06-13___16.11.10-fbgnc.png

Mardi après-midi, l’opposition officielle a annoncé qu'elle déposera un amendement pour voir reporter de 6 mois l'approbation de l'Accord par l'Assemblée nationale. Le temps, pour le gouvernement fédéral, de compenser pleinement les producteurs et fromagers québécois.

Selon Natalie St-Onge, quelque soit les compensations gouvernementales, les producteurs artisanaux ne pourront jamais tirer leur épingle du jeu.

http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-06-13___16.11.53-cnq3v.png

«  Nous, les artisans, on exportera pas. Jamais ca va arriver que je vais envoyer du fromage vers l'Europe, par contre, on va avoir plus de fromages ici », dit-elle. 

C’est donc plus de compétition pour des artisans qui peinent déjà à arriver. Natalie St-Onge et son conjoint travaillent 7 jours sur 7, et n’ont les moyens de payer qu’un seul employé comparativement à trois l’an dernier.

Très occupée ces jours-ci par l’arrivée des nouveaux nés, Mme St-Onge reste, malgré tout, positive…

« Ici dans la région, dans la Baie-des-Chaleurs, avec Gaspesie Gourmande qui est la pour nous soutenir, les gens qui sont la et qui veulent acheter local, je pense qu'on pourrait s'en sortir nous ici », espère la productrice. 

http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-06-13___16.13.11-t0wxd.png

En définitive, les producteurs artisanaux d'ici aimeraient mieux voir le gouvernement investir pour les aider plutôt que de mettre des énergies à augmenter la compétition.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CHAU Nouvelles

Voir tous les tweets »