Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Caraquet Les jeunes femmes en politique municipale

Publié le 6 avril 2016 à 13 h 29
Auteur :
Annie Levasseur

Les citoyens du Nouveau-Brunswick ont jusqu’à vendredi pour présenter leur candidature pour les élections municipales du mois de mai. Est-ce que les jeunes femmes ont leur place en politique municipale? Trois candidates de la Péninsule acadienne et de la région Chaleur sont convaincues que oui.

Viviane Baldwin n’a que 22 ans. Elle est conseillère municipale à Maisonnette depuis 2014 et elle veut remplacer son ami Jason Godin à la mairie du Village.

« J’ai l’impression que ça peut inspirer les jeunes à revenir dans la place parce qu’ils voient qu’il y a de l’avenir pour les jeunes justement à Maisonnette », dit-elle.

photo_femme_politique1-z0gtp.jpg

Viviane à l’intention de poursuivre les projets déjà entamés par le conseil municipal.

« On a encore du chemin à faire concernant la population vieillissante. Il faut essayer d’avoir plus d’accessibilité à quelques endroits (…) Il y a aussi l’histoire du brise-lame pour les plages », ajoute-t-elle.

Marie-Soleil Landry est tout aussi motivée. Conseillère municipale depuis 2012 à Caraquet, elle sollicite un autre mandat.

« C’est sûr que les femmes ont leur place en politique. Je trouve que depuis les quatre dernières années on voit un vent de changement de ce côté-là. Je suis très fière et j’aimerais qu’il y ait d’autres femmes qui se présentent à Caraquet », affime-t-elle.

photo_femme_politique2-x4w6c.jpg

L'aménagement d’une halte nautique et la construction d’un nouvel aréna font partie des projets de Marie-Soleil Landry.

« Le développement touristique me tient beaucoup à cœur. J’aimerais que l’on élargisse la saison touristique en créant un nouveau festival en mai avec la saison du homard et du crabe », mentionne la jeune femme de 30 ans.

Katherine Lanteigne a toujours été engagée dans sa communauté. Elle se présente comme conseillère municipale à Bathurst parce qu’elle croit au potentiel de sa ville.

« J’ai toujours aimé avoir un impact sur ma communauté de façon positive. Je me suis dit que c’était vraiment une bonne opportunité (…) C’est bien d’avoir des gens qui représentent différentes démographies sur le conseil », indique-t-elle.

photo_femme_politique3-53qzg.jpg

Lors des dernières élections provinciales, environ 46 % des 18 à 34 ans ont voté. Un nombre inférieur aux autres groupes d’âge.

« Il faut créer un environnement où c’est intéressant de revenir et de vouloir rester. Je veux attirer et surtout garder les jeunes adultes dans la région », raconte Katherine Lanteigne.

C’est le 9 mai que les électeurs décideront si les jeunes femmes ont leur place en politique municipale.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok