Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Grand Métis Les Jardins de Métis désignés site patrimonial

Publié le 28 juin 2013 à 17 h 07
Auteur :
Mario De Ciccio

L'un des plus importants attraits touristiques de la région, les Jardins de Métis devient officiellement un site patrimonial.


Le ministre de la culture Maka Kotto a aussi annoncé un investissement qui permettra de réaliser l'inventaire archéologique de la pointe de la rivière Mitis.


Les Jardins de Métis et la villa Estevan à Grand Métis seront désormais protégés par la Loi sur le patrimoine culturel. Ils deviennent de ce fait site patrimonial et immeuble patrimonial ce qui veut dire qu'il faudra désormais l'autorisation du gouvernement pour altérer les installations historiques.

« À partir de maintenant, avant de transformer quoi que ce soit : le toit, la porte, la poignée, on ne peut rien toucher sans demander l’autorisation », indique le ministre de la Culture et des communications, Maka Kotto.

L'obtention de ce titre ravit le directeur des jardins, Alexander Reford qui est maintenant assuré que l'héritage de ses ancêtres survivra à travers le temps.

« Pour nous, c’est une façon de redonner de l’importance à la Villa qui date de 125 ans, mais aussi à tout le patrimoine horticole des jardins. En fait, c’est une belle reconnaissance de l’histoire du site et de son importance dans la région », ajoute monsieur Reford.


Inventaire archéologique



Le ministre Maka Kotto a aussi profité de son passage aux jardins pour annoncer plusieurs investissements de mise en valeur du patrimoine culturel. Entre autres, 50 000 $ ont été remis aux Amis des Jardins de Métis pour que l'on fasse réaliser l'inventaire archéologique de la pointe de la rivière Mitis.

Désirée-Emmanuelle Duchaîne est archéologue pour Ruralis : « Pour l’instant, on a des traces d’occupation qui pourraient remonter à 3 000 ou 4 000 ans. Il n’est pas impossible qu’on en retrouve de plus anciennes peut-être en haut de la butte. Effectivement, l’histoire remonte à plusieurs milliers d’années. »

« Pour nous, c’est une belle découverte qui démontre que ce n’est pas juste un site historique de mes ancêtres, mais des ancêtres des Québécois autochtones », mentionne Alexander Reford.

C’est donc ce genre d’investissement qui nous permettra peut-être un jour d’en apprendre sur ceux qui ont occupé et façonné notre territoire.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok