Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Société du chemin de fer de la Gaspésie Le train jusqu'à Gaspé attendra

Publié le 13 décembre 2012 à 13 h 49
Auteur :
Caroline Murray-Daignault

Ce n’est pas demain que le train se rendra à Gaspé. La Société du chemin de fer de la Gaspésie a besoin d’encore plus d’argent pour remettre à niveau le tronçon New Carlisle-Gaspé.

 

En attendant le dépôt de sommes supplémentaires en provenance des différents paliers de gouvernement, l’organisation se concentre sur différents projets.

 

La Société de chemin de fer de la Gaspésie frappe de nouveau à la porte du gouvernement du Québec.

 

Les 17 millions octroyés afin de réparer les chemins de fer ne sont pas suffisants. 14 ponts doivent être réparés afin que le tronçon du chemin de fer qui mène jusqu’à Gaspé soit ré ouvert. C’est un investissement de 22,5 millions qui est nécessaire et, encore là, celui-ci ne permettrait que de réparer une partie des structures.

 

« Si on veut nous aider économiquement parlant, quel bel investissement que de soutenir le rail en Gaspésie », a expliqué le président de la Société, François Roussy.

 

La SCFG espère avoir une réponse de Québec dès janvier. Si la réponse s’avère positive, Via Rail sera de retour à Gaspé à l’automne 2013.

 

Depuis maintenant presque un an, le circuit VIA Rail se termine à New Carlisle. La réouverture qui tarde à arriver n’inquiète pas celui qui agit aussi à titre de maire outre mesure en ce qui à trait à l’utilisation future du train jusqu’à Gaspé

 

« [Il s’agira] d’un tronçon qui n’aura jamais été aussi sécuritaire avec les investissements qu’on y aura fait », assure

 

La SCFG a plutôt décidé de prioriser le train touristique qui ira de Gaspé à Percé. Il sera d’ailleurs prêt à la mi-mai afin de recevoir les 40 000 croisiéristes attendus en 2013.

 

« Quand on va voir 40 000 croisiéristes qui vont avoir accès à un train touristique sur la pointe entre Gaspé et Percé et que ça va rouler une quinzaine de fois par année, ça va mettre de la pression sur les gouvernements, pense François Roussy. On pourra leur dire que nous avons un projet de développement économique qui est rentable et que la preuve est là. »

 

La Société de chemin de fer de la Gaspésie demande aux gouvernements 94 millions pour les cinq prochaines années afin que le réseau soit complètement ouvert. Des investissements qui seraient bénéfiques quant à l’avenir commercial et touristique selon François Roussy.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok