Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Lamèque Le pont Lamèque-Shippagan continue d’inquiéter

Publié le 30 août 2016 à 14 h 05
Auteur :
Annie Levasseur

La communauté de Lamèque est inquiète de l’état du pont qui relie Shippagan aux îles acadiennes. Une rencontre d’information est prévue ce soir. Un diplômé en ingénierie de la région présentera un projet de nouveau pont.

Environ 8000 véhicules passent sur ce pont tous les jours. La municipalité et la chambre de commerce demandent depuis 2007 que des améliorations soient faites pour le rendre plus sécuritaire et qu’un autre pont soit ensuite construit.

« Ce pont-là date de la fin des années 50. Il ne répond plus aux normes d’aujourd’hui. Il y a des sections dangereuses, c’est très étroit », explique le maire de Lamèque, Jules Haché.

photo_pont2-bjczx.jpg

Les entrepreneurs sont inquiets de l’état du pont. Ils exportent tous leur marchandise par camion.

Pour les plus gros véhicules, le passage sur l’infrastructure est parfois risqué.

« C’est la pêche, c’est la tourbe. Sur l’île, il y a beaucoup de camions qui passent et il y a beaucoup d’emplois qui sont reliés à ces deux industries-là sur l’île Lamèque. C’est la seule voie d’accès. Il n’y a pas d’autre façon de s’y rendre », affirme le directeur général de l’Association coopérative des pêcheurs de l’île, Marcel A. Duguay.

Depuis deux ans, le pont a fermé à deux reprises pour une période de plus de cinq heures.

« Mon commerce ne dépend pas juste de Lamèque, il dépend de la Péninsule acadienne. S’il y arrive quelque chose et qu’il n’y a pas de pont pendant quelques semaines à cause que des bris n’ont pas été réparés avant, nous allons être mal pris », mentionne le président de la Chambre de commerce des Îles Lamèque et Miscou, Eugène Chiasson.

photo_pont1-1z6r3.jpg

Le ministère des Transports vérifie et entretient chaque année le pont, mais les démarches sont insuffisantes selon la communauté.

« Ils ont fait certains travaux surtout en surface, mais à l’heure actuelle, au niveau des piliers, le rapport n’était pas trop clair (…) Il est censé y avoir quelque chose devait être fait en 2016 et ce n’est pas encore engagé », ajoute Jules Haché.

À la suite de la rencontre de mardi soir, la municipalité et la chambre de commerce souhaitent que les gens d’affaires s’unissent pour faire avancer le projet.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok