Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Carleton-sur-Mer Le maire de Gaspé réagit à la ministre Lebouthillier

Publié le 7 septembre 2017 à 10 h 31
Auteur :
Véronique Durocher

Le maire de Gaspé réagit suite au commentaire de la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, quant à l'incertitude de la provenance des 2,5 millions de dollars en déficit économique qu'occasionneraient les escales des navires de croisières annulées à Gaspé.


«C’est des estimations, moi je ne peux pas vous dire, je ne suis pas au courant d’où ces chiffres-là ont été pris… » - Diane Lebouthillier

«C’est pourtant très très simple, en fait c’est basé sur la moyenne des dépenses des croisiéristes lors des huit dernières années d’escales sur la pointe de la Gaspésie. La moyenne des dépenses est calculée parce qu’on est capable d’évaluer les coûts qui ont été dépensés en transports, par autobus, par autocars, les autos de location, les compagnies de taxi, tous les frais de débarquement reliés à l’escale, les salaires des guides touristiques, les dépenses dans les restaurants, dans les cafés, dans les boutiques, tant à Gaspé qu’à Percé. Nous sommes capables de calculer tout ça et d’avoir un estimé qui est relativement juste et il y a huit ans d’expérience dans le décor. Et on arrive avec tout près de 18 000 passagers qui ne devraient pas débarquer alors que nous avions prévu qu’ils seraient chez nous cet automne, c’est environ 2,5 millions. Est-ce que c’est 2,51 millions ou 2,49 millions? On ne jouera pas une guerre de virgules, ce sont des estimations, mais c’est réaliste.», explique le maire.


 http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-09-07___10.20.03-cdnkz.png

- Êtes-vous surpris de la réaction de madame Lebouthillier?

«En fait moi une des questions que j’aie et à laquelle je n’ai pas encore de réponse, c’est: est-ce que Pêches et Océans Canada avait mesuré l’impact de ces nouvelles mesures-là sur la vitesse des navires et est-ce qu’ils ont des chiffres pour challenger les nôtres? Parce que nos chiffres et nos données sont basés sur huit ans d’escale sur la pointe de la Gaspésie.», se questionne Daniel Côté.

 http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-09-07___10.19.46-cgb18.png

- Est-ce qu’il faut privilégier, dans votre secteur, la protection des baleines ou le secteur économique?

«Je pense qu’il faut y aller de façon pondérée entre les deux. Je crois sincèrement qu’il faut protéger les espèces de cétacés dont la baleine noire qui est en voie de disparition, mais je crois aussi qu’il faut protéger l’industrie des croisières dans laquelle nous avons mis tout près d’une dizaine d’années à bâtir et qui génère des feux qui sont drôlement intéressants, ce sont des retombées de trois à quatre millions par année sur la pointe de la Gaspésie. Pour cet automne on comprend qu’avec toutes ces annulations, provoquées par la diminution de vitesse, c’est 2,5 millions de pertes de revenus dans toutes les entreprises qui gravitent autour de l’industrie des croisières chez nous, donc ce sont des impacts qui sont majeurs. Ce qu’on souhaite c’est de trouver les meilleures solutions possibles. Présentement les gens des industries des croisières sont informés par Pêches et Océans Canada de ce qui se passe, mais il n’y a jamais eu de véritables consultations là-dessus.», conclut le maire de Gaspé.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CHAU Nouvelles

Voir tous les tweets »