Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Caraquet La littérature à l'honneur en Acadie

Publié le 6 octobre 2017 à 11 h 02
Auteur :
Annie Levasseur

La longue fin de semaine s’annonce littéraire en Acadie. Le 14e Salon du livre de la Péninsule acadienne s'est ouvert jeudi. Encore cette année, la littérature jeunesse prend une grande place dans l’événement.

 

14 000 visiteurs sont attendus pendant la fin de semaine au Salon du livre de la Péninsule acadienne. Même en 2017, il semble que le livre papier soit encore populaire.

 

« Selon moi, plus que jamais. On se pose la question, mais le livre physique ne disparaitra jamais », affirme le directeur général du Salon du livre de la Péninsule acadienne, François Cormier.

 

« Oui, le numérique, mais je ne vois pas une menace, pas du tout. L’objet, le livre, le touché du papier, je ne suis pas inquiète pour ça. Les histoires percent tout ça », indique l’auteure Annie-Claude Thériault.

 http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/salon_du_livre__5octobre2017_-2-0ct4h.jpg

Cet intérêt pour la lecture et le livre papier passe par la jeunesse selon le directeur du Salon du livre. Pendant l’événement, une vingtaine d’auteurs visitent 36 écoles du district scolaire. C’est le cas d’Annie-Claude Thériault venue du Québec.

 

« On présente des métiers comme être économiste, être médecin, être pompier, etc. On ne leur parle pas beaucoup de tout l’aspect culturel. Quand j’arrive en classe pour présenter ce que je fais, je n’ai rien. Mon pouvoir, c’est l’imaginaire. Mon pouvoir, c’est l’imaginaire », dit-elle.

 

« Chaque auteur a une approche différente. Certains auteurs font ça sous forme d’atelier. Certains vont leur donner un peu plus le goût d’écrire, de lire », ajoute François Cormier.

 http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/salon_du_livre__5octobre2017_-3-kydqf.jpg

Même s’ils sont plus occupés avec les technologies, les jeunes disent apprécier encore la lecture. Ils aiment aussi rencontrer les auteurs.

 

« Ça nous permet d’élargie nos connaissances, de savoir comment un auteur pense, comment ça fonctionne, son processus. Ça nous permet d’en apprendre plus sur les livres qu’il y a. Même les écrivains locaux, on ne connait pas tout sur eux. »

 

« C’est ça qui est mon passe-temps, la lecture. Ça m’intéresse.  C’est quand même important parce que c’est comme ça que ça peut nous faire réfléchir », expriment des jeunes.

 

Le public pourra rencontrer une centaine d’auteurs des Maritimes et du Québec pendant le Salon du livre de la Péninsule acadienne qui se poursuit jusqu’à dimanche.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CHAU Nouvelles

Voir tous les tweets »