Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Village-Blanchard Incendie dans une porcherie

Publié le 17 septembre 2013 à 16 h 17
Auteur :
Annie Levasseur

C’est un coup dur pour la ferme Nord-Est de Village-Blanchard qui a perdu 900 porcs, vendredi soir. Seulement le quart de la porcherie a été sauvé. Quelques jours plus tard, le gérant de l’endroit n’arrive toujours pas à croire ce qui s’est passé. Annie Levasseur.

Une odeur nauséabonde était encore dans l’air lors de notre passage à la porcherie, lundi après-midi. 400 truies reproductrices de 1 à 3 ans et 500 petits porcs sont morts. Près de 300 ont été sauvés.

Henry-Paul Blanchard est le gérant de la Ferme Nord-Est : « C’est dur, c’est triste. Une aussi grosse pile de bêtes. Ce ne sont pas des morts naturelles. C’est assez souffrant. »

 « C’est tout ce qu’il reste du bâtiment. Les porcs qui ont péri ont été enterrés lundi matin. »

 L’incendie s’est déclaré vers 18 h 30 vendredi. Un passant qui a vu de la fumée a alerté les pompiers. Ils étaient une quarantaine à combattre le brasier durant cinq heures et demie.

 Luc Dugas, capitaine pompier de la brigade Caraquet-Bas-Caraquet

« On s’est aperçu que c’était dans le plafond. Un incendie dans un plafond c’est le pire que tu ne peux pas avoir. Tu ne peux pas y aller directement. En plus, dans une porcherie c’est dur d’accès. » « C’est très aéré dans ces endroits-là. Donc, ça ne facilite pas notre tâche. Le feu se propage très très rapidement. »

 Il est encore trop tôt pour évaluer les pertes financières. Le gérant ne sait pas si le propriétaire décidera de reconstruire selon Henry-Paul Blanchard, gérant de la Ferme Nord-Est « Quand je suis arrivé, la boucane était là. Il n’y avait pas de feu en bas, mais c’était plein de boucane. En deux heures et demie, c’était tout tombé. »

 Le feu s’est propagé rapidement dans le bâtiment qui date des années 70. La seule section protégée par un pare-feu a été sauvé selon Luc Dugas, capitaine pompier de la brigade Caraquet-Bas-Caraquet « Ce n’était pas évident pour les pompiers. C’est vivant. Ce n’est pas des humains, mais c’est vivant. » « C’est à petit feu comme on dit. Ce n’est pas un flash. Le toit était en train de nous tomber sur la tête et la boucane c’était énorme. C’était vraiment dur à combattre. »

La cause de l’incendie est probablement d’origine électrique. Le feu aurait pris naissance dans le grenier.

 

Annie Levasseur, Village-Blanchard

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok