Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

New Carlisle Gastem loin de la santé financière...

Publié le 6 septembre 2017 à 16 h 45
Auteur :
Karyne Boudreau
Au jour deux du procès opposant Gastem à la municipalité de Ristigouche-Sud-Est, la venue à la barre du comptable de la compagnie révèle que Gastem est loin d’avoir une santé financière florissante.  Ceci explique peut-être pourquoi la compagnie a choisi de poursuivre pour un million et demi de dollars en dommages la municipalité de Ristigouche.

Gastem avait 124 000$ dans son compte et au delà de 2,6M $ de comptes à payer au moment de se retirer de Ristigouche-Sud-Est, en 2013, après l'adoption du règlement municipal visant la protection de l'eau potable.

« Tout le monde nous voyait dans une bataille de David et Goliath. On nous présentait comme Goliath alors que ce n'est pas ça. Effectivement on est deux David », a dit Raymond Savoie, chef de direction de Gastem.

http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-09-06___16.48.20-5gwpk.png

« Ce qu'on nous a expliqué ce matin c'est que la compagnie a de sérieuses difficultés financières et depuis la fin de 2013, il n'y a presque plus d'activité dans la compagnie », ajoute l’avocat de la municipalité, Jean-François Girard.

En contre-interrogatoire du comptable Bernard Hénault qui a été au service de Gastem de 2002 à 2014, l'avocat représentant la municipalité a en outre réussi à faire réduire la note des dommages prétendus par Gastem.

« On est rendu à une réclamation de 1,02 million de dollars. Il en demeure pas moins que du point de vue de Ristigouche, cette réclamation n'est pas fondée et n'a pas lieu d'être », a dit l’avocat de la défense. 

Plus tôt ce matin, Me Girard a aussi contre interrogé Jacques Perron, l'homme de terrain de Gastem qui avait pour rôle de s'assurer, en 2011, d'obtenir les autorisations légales, et aussi de s'assurer de l'acceptabilité sociale du projet de Gastem au sein de la population de Ristigouche.

http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-09-06___16.49.27-x5r0f.png

« Il y avait un peu d'opposition et un peu d'acceptabilité, dépendamment de qui tu la recevais », commente le maire François Boulay après avoir entendu le contre-interrogatoire du consultant de Gastem.

http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/capture_d__cran_2017-09-06___16.50.30-v98cw.png

Comme on le sait, l'opposition aux opérations de Gastem s'est intensifiée en 2012. Elle a donné sur une pétition signée par plus de la moitié des citoyens de Ristigouche, puis à l'adoption en 2013 du règlement de Ristigouche qui est contesté aujourd’hui par Gastem.

« Gastem dit : toi municipalité tu as adopté un règlement qui m’empêche de faire mes activités et ce règlement est illégal, abusif… vous n’auriez pas du faire ça etc etc. Bon ben demande la nullité du règlement, fais le annuler. Pis continu tes activités. Ça aurait été un meilleur remède », prétend l’avocat de la défense.

La suite du procès visera donc à établir si Gastem a eu raison de se retirer de Ristigouche-Sud-Est et si la municipalité était en droit d'adopter ce règlement pour la protection de son eau potable qui lui vaut aujourd'hui cette poursuite en dommage dépassant le million de dollars.

 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CHAU Nouvelles

Voir tous les tweets »