Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia Élections dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia: réformer la démocratie

Publié le 15 octobre 2015 à 17 h 36
Auteur :
Alexandre Courtemanche

La démocratie sera en marche lundi prochain. Les citoyens d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia espèrent qu’ils seront entendus à Ottawa. C’est un enjeu en toile de fond de tous les autres. Nombreuses sont les critiques du système démocratique actuel. Le désengagement des citoyens lors des jours de scrutin est un symptôme convaincant. Les candidats du comté en sont toutefois bien conscients.

Depuis les années 2000, le taux de participation a chuté de près de 10 pourcent. Ce n’est plus que 60 pourcent des électeurs qui exercent leur droit de vote depuis 15 ans. La démocratie canadienne est de plus en plus remise en question, particulièrement hors des zones urbaines.

capture_d__cran_2015-10-15___17.41.03-kv

Dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapedia, la réflexion est bouillante. Un des députés en fait même son cheval de bataille :

« Le fédéral est très loin des réalités des régions. Il y a très peu d’écoute également. Et ça passe par le modèle politique actuel. On impose tout d’en haut. Les chefs contrôlent tout le message avec des non-élus, et imposent à leurs députés d’être des porte-étendards de leurs valeurs de parti, plutôt que d’être de véritables représentants. Les députés deviennent des marionnettes. Ils ont les mains liées, n’ont pas la capacité de bien représenter leurs citoyens.»

- Jean-François Fortin, Forces et Démocratie

Ce constat que fait Jean-François est la raison même de sa défection du Bloc Québécois pour créer Force & Démocratie, avec une approche résolument régionaliste. Sa critique la plus tranchante réfère à la fameuse ligne de parti.

La ligne de parti

Au nom des intérêts du parti, les députés doivent s’unir derrière le chef et prioriser l’agenda national au détriment de leurs dossiers.   

Kédina Fleury-Samson nie ce musèlement. Elle assure avoir clairement fait savoir auprès de son chef qu’elle défendrait les intérêts des gens de sa circonscription. Elle insiste également sur le fait que la ligne de parti, représente simplement la plateforme de la formation politique.

Même chose pour Rémi Massé. Il affirme qu’il ne s’est pas lancé en politique pour maintenir une ligne de parti, et qu’il représentera ses citoyens.

Joël Charest abonde dans le même sens. Il en profite pour marteler que les craintes à l’égard de son parti, jugé trop centralisateur, sont infondées. Il affirme que le NPD sera sensible aux réalités des régions. Il pense également que les avis divergents entre le niveau national et régional peuvent être réconciliés, à la condition qu’un dialogue soit remis en place, comme les rencontres fédérales-provinciales.

André Savoie aborde la problématique avec un grain de sel. Pragmatique, il ne croit pas qu’il sera miraculeusement celui qui changera les choses. Cependant, force est d’avouer qu’à présent il ne joue pas les mêmes cartes que les conservateurs. Par exemple, il se distancie de la réforme de l’assurance emploi, et la critique à son tour. La ligne de parti n’est en apparence pas encore une obligation pour lui.

Quelques propositions pour améliorer la démocratie au Canada

Forces et Démocratie

Ø      Abolir la ligne de parti

Ø      Interdire le recours au projet de loi omnibus

Ø      Possibilité de révocation d’un député par les citoyens

Ø      Mise en place de deux référendums par année dans chaque circonscription pour se prononcer sur les actions proposées par le député

Nouveau Parti Démocratique

Ø      Négociations internationales plus ouvertes et transparentes pour les Canadiens.

Ø      Donner le pouvoir au président de la Chambre des communes pour :

o       scinder les projets de loi omnibus jugés trop imposants;

o       ordonner aux ministres de répondre aux questions sur le sujet réellement abordé

Parti Libéral

Ø      Mettre un nouveau système électoral en place, et ce à temps pour les élections de 2019

o       différents modes électoraux seront évalués par un comité multipartite : vote préférentiel, représentation proportionnelle, vote obligatoire et scrutin en ligne.

Ø          Revoir la façon de nommer les sénateurs et les juges de la Cour suprême

Ø          Réglementer le recours aux projets de loi omnibus

Bloc Québécois

Ø      Abrogation de la loi sur la clarté (référendum en vue de la souveraineté du Québec)

Ø      Tisser un réseau international de sympathisants à la cause du Québec

Ø      Droit de veto au Québec sur toute décision fédérale d’expulser des réfugiés

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok