Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Bonaventure Dans l'univers du «Merveilleux voyage de Réal de Montréal»

Publié le 18 juillet 2014 à 11 h 04
Auteur :
Andréanne Larouche

La glace est brisée pour le Théâtre de la Petite Marée, qui a présenté la pièce «Le Merveilleux voyage de Réal de Montréal», en avant-première jeudi soir. La troupe est maintenant fin prête pour un mois de représentations, à la salle Préau du Camping Plage Beaubassin, à Bonaventure.
18_juil_al_th__tre_la_petite_mar_e-fxkg2

Pour la cofondatrice du Théâtre de la Petite Marée, Édith Cayouette, il s'agit d'une belle façon de souligner le 20e anniversaire de la compagnie. «C’est devenu plus qu’une petite marée. C’est devenu un tsunami d’amour pour la Gaspésie», déclare-t-elle. 

Mise en scène par Jacques Laroche et écrite par Rébbeca Déraspe, la pièce est une adaptation d’une œuvre de Selma Lagerlöf.

Le metteur en scène et directeur artistique, Jacques Laroche, soutient que la pièce s'adresse à toute la famille. «C’est l’histoire d’un petit garçon, un peu tannant. Et parce qu’il achale un lutin, il se fait réduire à la taille d’un lutin justement. Puis, il s’envole, il part sur le dos d’un goéland, ils suivent un voilier de bernaches et ils vont faire le tour de la province, précise-t-il.»

Le récit, à la fois léger et instructif, est une union parfaite entre l’humour et une leçon de vie touchante. Impossible de détourner le regard de la scène, ne serait-ce qu’un seul instant. «C’est un théâtre très visuel, avec de la musique, il y a des marionnettes, il y a des ombres chinoises», explique M. Laroche. 

Selon le comédien qui détient le premier rôle, Hubert Lemire, c'est un défi de précision pour les interprètes. «La marionnette ne peut pas être à deux pouces dans les airs, il faut qu’elle soit toujours bien accotée. Les petites mains, le regard, il faut toujours le porter au bon endroit», affirme ce dernier. 

Et il n’y a pas que les personnages qui aiment passer par la Gaspésie, ceux qui les incarnent aussi.

«Jouer sur le bord de la mer, dans un décor comme la Baie-des-Chaleurs, on ne peut pas demander mieux», indique la comédienne Julianne Desrosiers Lavoie.

«J’ai eu un coup de foudre pour la mer pour la place», souligne le comédien Maxime Mailloux.

Hubert Lemire ajoute: «Les gens de la Gaspésie… C’est tellement «smath» ce monde-là! Tu te dis : «Ha! Je veux rester ici!»

Vous pouvez assister à la pièce de théâtre «Le Merveilleux voyage de Réal de Montréal» du vendredi au mardi et ce, jusqu’au 19 août. 

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CHAU Nouvelles

Voir tous les tweets »