Publicité

Visitez notre nouveau site Internet


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Bathurst Avenir du train au N.-B.: les maires du Nord inquiets

Publié le 22 février 2017 à 14 h 56
Auteur :
Annie Levasseur

Les maires du nord du Nouveau-Brunswick sont surpris d’apprendre que la survie du tronçon de voie ferrée qui relie Campbellton à Moncton est une fois de plus menacée. Une entente signée entre le gouvernement provincial et le Canadien Nation, en 2014, comprend une clause qui permettrait de démanteler le tronçon si l’achalandage diminue.

« Je suis préoccupé et je ne suis également pas impressionné, frustré », affirme le maire de Bathurst, Paolo Fongemie.

Les élus ont l’impression de faire un retour en arrière. En 2014, la province et le CN signaient une entente pour assurer la survie du tronçon Campbellton-Moncton.

L’entente doit durer 15 ans. Mais voilà que les municipalités apprennent l’existence d’une clause, qui stipule : que si le nombre de wagons de marchandise qui transitent sur le tronçon n’atteint pas le seuil de 2012 pour deux années consécutives, celui-ci pourrait alors être démantelé.

http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/avenir_train__22f_vrier2017_-5-0865x.jpg

« Les investissements qui avaient été octroyés allaient permettre une période qui allait donner l’occasion de tenter d’accroitre le transport ferroviaire. On sait qu’il y a eu des coups durs avec les fermetures dans les pâtes et papiers, la fermeture de la mine. On sait que l’utilisation est moindre que par les années passées », explique le directeur général de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, Frédérick Dion.

http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/avenir_train__22f_vrier2017_-1-6r5k2.jpg

Tout le nord de la province serait affecté par un démantèlement du chemin de fer, selon le maire de Bathurst.

« Nous sommes dans une région qui se relève de défis économiques et on a besoin de nos infrastructures pour pouvoir faire du développement et s’épanouir. Ce n’est pas juste dans la région Chaleur, c’est également la région du Restigouche et c’est également la Péninsule acadienne », indique Paolo Fongemie.

L’utilisation de la voie ferrée pour le développement économique est la principale préoccupation des municipalités.

« On travaille justement sur un dossier pour apporter une route d’accès illimité dans la péninsule qui rejoindrait la ville de Bathurst, la région Chaleur (…) Alors, avec un port, avec un aéroport, avec une route d’accès illimité, le chemin de fer devient important pour le transport des marchandises », ajoute le maire de Bathurst.

http://chau.teleinterrives.com/img/nouvelles/normales/avenir_train__22f_vrier2017_-4-5whyf.jpg

Le tronçon appartient au CN et est aussi utilisé par VIA Rail. Dans le cas d’un démantèlement, les trains de passagers seraient aussi retirés de la région.

« En plus d’avoir un impact direct sur plusieurs entreprises. Ça enverrait un message très négatif à l’égard du développement futur de notre région. On aurait l’impression d’avoir lancé la serviette », mentionne Frédérick Dion.

Le CN nous a indiqué par courriel qu’il poursuit sa collaboration avec le gouvernement du Nouveau-Brunswick et qu’il travaille de manière diligente avec lui afin d’attirer et de soutenir la circulation ferroviaire sur ce corridor.

« Retour

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Publicité

Visitez notre nouveau site Internet

Infolettre

Ok