Publicité

Produits Kevin BaconNRSBijouterie NRS


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Carleton-sur-Mer Vaste et vague se lance dans La Virée

Publié le 1 octobre 2015 à 15 h 00
Auteur :
Jessica Lamarre

La Virée a déjà pris possession du Centre d’artiste Vaste et vague, bien que le festival ne commence que le 9 octobre. Vaste et vague y apporte chaque année une programmation artistique bien garnie. Cette fois, trois œuvres sont à l’affiche. Une première artiste a entamé sa résidence de création cette semaine.

 

Depuis quelques jours, l’artiste de Longueuil, Marie-Claude De Souza, rencontre des citoyens de Carleton-sur-Mer et des environs. Elle récolte des témoignages qui nourriront sa résidence de création, faite dans la cadre du Festival La Virée, sous le thème «Toponymie de fantaisie». «La toponymie, c’est les noms qu’on accorde aux lieux. Les rues, les parcs, ainsi de suite. Par contre, moi je cherche la toponymie plus informelle. Les lieux dits, les lieux qu’on surnomme et qui font partie de l’imaginaire populaire», explique la créatrice.

 

La côte rouge, le fer à cheval, le trou des renards, la bute sec, la bouée à Valmont… Si vous venez des environs de Carleton, ces noms ne vous sont probablement pas inconnus. En quelques jours, l’artiste a déjà recueilli un bon nombre de ces toponymes officieux et les histoires qui viennent avec.

 

Ce projet n’en est pas à ses premiers jours. L’artiste l’a amené avec elle à différents endroits au Québec. «Le fait de faire le projet dans différents lieux, en banlieue, en ville, en région, ça permet de faire des rapprochements ou des comparatifs sur notre rapport au territoire.»

 

Durant son séjour en Gaspésie, Marie-Claude De Souza ira également visiter les lieux dont on lui parle pour les faire prendre vie dans son œuvre. Une installation visuelle sera présentée aux festivaliers de La Virée où ils pourront identifier les lieux sur le territoire et faire leurs propres suggestions de toponymes. La forme reste toutefois à déterminer. «C’est ça la magie d’une résidence de création», explique-t-elle. «Une fois qu’on est sur les lieux, ça nous permet vraiment d’absorber l’endroit et choisir le bon moyen de diffusion. C’est un projet que je fais dans différentes villes. Parfois ça sort sous forme d’enseignes que je vais planter, parfois sous forme de cartes géographiques ou de cartes postales.»

 

La semaine prochaine, une deuxième résidence de création s’installera avec l’artiste Sophie Castonguay et c’est l’artiste autochtone Nadia Myre qui ouvrira officiellement La Virée, le 9 octobre, avec la transcription d’une rencontre avec des membres des communautés micmaques de la Baie-des-Chaleurs mise en lecture par les comédiens du Clan destin.

 

« Retour

Question de la semaine

Croyez-vous que Transports Canada doit revoir la limite de vitesse imposée le 11 août aux navires dans le but de limiter les collisions avec les baleines noires?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CHAU Nouvelles

Voir tous les tweets »