Publicité

Produits Kevin Bacon


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Paspébiac Une production à plein régime

Publié le 5 mai 2016 à 16 h 04
Auteur :
Claude Rivest
Depuis déjà plusieurs semaines, la pêche au homard et au crabe battent leur plein. À l'usine MDM de Paspébiac, la production roule à plein régime pour transformer le produit de la pêche et le préparer pour les marchés internationaux. 

Depuis quelques semaines déjà, les employés de l’usine M.D.M. apprêtent le crabe des neiges de toutes les façons possibles afin qu’il soit prêt pour les marchés internationaux. Au Japon par exemple, le crabe, produit de luxe, est souvent présenté entier. Les Américains, comme les Gaspésiens, préfèrent le crabe en sections. Mais qu'importe la présentation, tous s’entendent sur la qualité du produit.

« Notre ressource, la zone 12 particulièrement, on a un produit MSC (accrédité par le Marine Stewardship Council, NDLR), ce qui veut dire qu’on a une approche pour conserver le produit, pour faire sur qu'on a de la matière première en tout temps », explique Steven Horth, directeur de production de l'usine.

Important d'être précis, parce que le client sait exactement ce qu'il veut.

«  On avait un technicien ici, un technicien assez âgé, Japonais, qui pouvait distinguer que le goût du crabe n’était pas assez salé. »

Et cette minutie rapporte. Plus de 90 % de la production sera vendue à l'extérieur du pays.

« Ça vient des pays extérieurs justement pour venir chercher la qualité du crabe et le goût. Nos usines, veux, veux pas, deviennent plus performantes. »

Dans cette optique, les pertes sont inacceptables. Les morceaux de chair abîmés seront vendus en vrac. Le tomalli, que certains nomment le far, sera transformé en pâté, destiné aux marchés asiatiques. Les carapaces deviendront du compost, qui lui aussi sera vendu.

La nouvelle usine, dont la construction avait été annoncée en personne par Jean Charest en 2012, et dont la construction se fait maintenant tarder, devrait augmenter encore les efficience de l’immense production locale.

«  Anjou environ entre 3 et 4 million de livres de production par année, dépendamment des saisons, indépendamment des quotas des pêcheurs. »

Outre la construction de l'usine, l’autre défi pour M.D.M. est la formation de nouveau personnel. La population locale vieillit, et même parmi les plus jeunes, tous n’ont pas les aptitudes physiques nécessaires à un travail qui demande 10 à 12 heures par jour debout.

En fonction des quotas et de la qualité de la pêche, les employés continueront leur travail au moins jusqu’à la fin juin, peut-être jusqu’au début juillet, afin d’achever la besogne.

 

« Retour

Question de la semaine

Croyez-vous que le quai de Percé sera ouvert cet été?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CHAU Nouvelles

Voir tous les tweets »