Publicité

Produits Kevin Bacon


Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Cascapédia Les érables coulent

Publié le 18 avril 2016 à 16 h 08
Auteur :
Claude Rivest

Chaque année, le printemps et la fonte des neiges sont synonymes de production acéricole. La saison est bonne. Pour les nouveaux propriétaires de la Maison de l’érable de Cascapédia,  le véritable branle-bas de combat s’est amorcé au cours des derniers jours.

Depuis quelques jours maintenant, Éric Boudreau et son équipe s’activent à transformer le fruit de leur récolte en sirop d’érable.

« On a 10000 entailles, on est encore considérés dans les petites érablières, on a un quota dans les 34000 livres. C’est notre point de visée. On espère s’y rendre, mais étant donné qu’on est nouveaux dans cette entreprise-là, on prend le temps d’avoir les bonnes connaissances pour s’assurer de l’atteindre. » - Éric Boudreau, co-propriétaire, Maison de l’érable

Pour produire ces 34 mille livres de sirop, il faudra d’abord rapporter la sève à l’érablière. Et en cette matière on est loin de la carriole d’autrefois. Ici, un système tubulaire est utilisé. Après quoi,un procédé d’osmose inversée viendra séparer l’eau pure du concentré d’eau d’érable.

« Ce que ça nous amène, c’est de diminuer la quantité d’eau dans l’eau sucrée, c’est-à-dire qu’on va augmenter le taux de sucre, ce qui va nous permettre de diminuer le taux d’évaporation, donc moins d’utilisation de bois » 

Il faudra tout de même une petite corde de bois entière pour produire un baril de 35 gallons, qui contient près de 450 livres de sirop d’érable. Avant la fin de la saison, la maison de l’érable aura brulé tout près de 100 cordes de bois, en fonction du rendement des érables. Pour les administrateurs, les possibilités de croissance pour l’érablière sont très intéressantes.

« C’est aussi un objectif de regarder si on peut produire plus. Essayer d’augmenter notre quota, pour augmenter aussi le service à la clientèle, pour offrir des produits en quantité suffisante pour satisfaire les gens. »

La Gaspésie est une région qui a un grand potentiel acéricole, que seuls une vingtaine de producteurs exploite. Les coulées tardives expliquent en partie cette réalité. Pour la Maison de l’érable, des contrats d’approvisionnement locaux et une transformation locale aideront à écouler le fruit des 100000 entailles dont dispose l’entreprise. La balance sera vendue à la Fédération.

Comme il s’agit d’une première année de production pour les nouveaux copropriétaires, il faudra attendre à la fin de la saison pour savoir s’ils ont atteint leur objectif de production de 34 mille livres de sirop d’érable.

« Retour

Question de la semaine

Coyez-vous que l'occupation du site de Galt puisse stopper la pétrolière Junex dans ses démarches d'exploration et d'exploitation pétrolière près de Gaspé?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CHAU Nouvelles

Voir tous les tweets »